Mon année 2020

Dans ce récapitulatif, j'explique comment je fais le suivi de mes dépenses et revenus. Au programme : suivi du taux d'épargne, fortune, et objectifs 2021.

Salut,

Dans l’update de janvier j’ai pas osé annoncé ma fortune, dans l’update de février j’ai mentionné vaguement un chiffre, est-ce que je vais oser le faire plus clairement ici ? On verra ça. Au programme de cette news, un récap de mon année 2020.


🏙️ Ma façon de faire

Alors en 2020, mon plan était déjà bien en place, par contre je n’écrivais pas ici sur FICH Newsletter. Donc on va faire ça en mode compact pour rattraper le retard, un article au lieu de 12.

Afin de suivre mon plan, voici ma stratégie de suivi, plutôt simple (je trouve) :

  • A chaque fois que je dépense ou gagne de l’argent, je note ça sur une app de tracking de dépenses sur mon smartphone. Chaque dépense va dans une catégorie spécifique.

  • Une fois par mois, à la fin du mois, je reporte le tout sur ma feuille Google Sheets, et je fais tous mes calculs là. En 10 minutes, je sais combien j’ai dépensé et gagné durant le mois (mon taux d’épargne !), j’ai l’état de mes comptes et de mes investissements (et donc ma fortune nette !).

Alors oui, si vous ne faites pas ça pour vous, vous vous dites probablement “Mais quoi, à chaque fois que tu achètes un paquet de chewing-gum tu le notes sur ton app, c’est trop chiant !!”, à quoi je répond “Oui, à chaque fois que je dépense ! Et non c’est pas trop chiant, c’est juste une habitude à prendre :)”. Au bout de quelques temps ça devient un réflexe. Promis.

Note: au début j’utilisais un fichier maison, et j’ai ensuite découvert celui de Mr. RTF, “La légendaire GSheet de Mr.RTF” comme il l’appelle. Je l’ai modifié à ma sauce et c’est ça que j’ai utilisé pour l’année 2020. Donc big shout out à Mr.RTF pour la sheet !

Passons aux choses sérieuses. Des chiffres, on veut des chiffres !

↔️ Revenus et dépenses

On voit d’abord les revenus, ensuite les dépenses, ça nous permettra de voir ce que ça donne en terme de taux d’épargne.

Revenus 2020

Au niveau des revenus, je différentie plusieurs catégories, la principale étant, bien évidemment, le salaire de mon job. Voici toutes les catégories avec l’explication qui va avec :

  • Salaire : Salaire de mon job (la plus grande part de ce que je gagne).

  • Freelance : Il m’arrive de faire quelques jobs annexes et donc d’être rémunéré pour quelque chose qui n’est pas mon job principal.

  • Dividendes : Les dividendes de mes investissements (faibles pour l’instant car je ne me focalise pas du tout sur les dividendes).

  • Ventes : Ce que je retire de la vente de différents objets que je n’utilise plus (vieil ordinateur, livres, etc.).

  • Remboursements : Il arrive que je doive payer des choses pour le boulot et qu’on me rembourse plus tard. Ou tout type de remboursements en fait. Ca me permet de boucler les comptes chaque mois, même s’il y a des paiements en attente.

  • Loyers : Je possède un appartement que je loue, le montant des loyers que je reçois tous les mois se trouve dans cette catégorie.

  • Autre : Tout ce qui ne va pas dans les autres catégories, comme les cadeaux que je reçois par exemple.

Voyons donc tout de suite la répartition de ces différentes entéres pour l’année complète.

Je me rends compte que les entrées d’argent de l’appartement est assez conséquent (13.5%) ! Si j’en achète 7.4 autres les mêmes, ça remplace mes entrées totales ! Pas mal ! Sauf que c’est pas autant simple, on verra qu’à ce loyer est lié aussi pas mal de charges…

On verra par la suite que le revenu au fil des mois n’est pas constant. Cela est dû à plusieurs choses : 1) mon salaire n’est pas fixe tous les mois, 2) j’ai fait quelques mandats en indépendant qui m’ont rapporté quelques sous par-ci par-là, et 3) j’ai revendu des objets pour m’en débarrasser ce qui a augmenté mes entrées de cash #minimalisme. Mais on va voir tout ça plus bas, passons d’abord au dépenses.

Dépenses 2020

Pour les dépenses également, j’ai défini mes propres catégories en fonction de mes besoins. Il y en a cette fois 15. C’est un peu trop il me semble, mais je ne sais pas trop quoi fusionner (si vous avez des idées, je suis preneur !). Voici la répartition :

Explication pour les catégories qui peuvent prêter à confusion :

  • Frais invest. immob. : C’est justement les charges correspondantes à l’appartement que je possède (frais de copropriété, assurance bâtiment, réparations, etc.). 16% de mes dépenses, c’est quand même beaucoup, presque autant que les frais de mon logement ! Mais le rendement est bon, donc ça passe.

  • Restaurant et Alimentation : J’ai fait la distinction entre les deux dans le but de comprendre si j’allais trop souvent manger dehors ou si ça allait. Ca m’a permis inconsciemment de diminuer mes sorties, mais c’est également dû au confinement bien sûr.

  • Café : Etant un amateur de café, je voulais me rendre compte de la proportion en argent de ma consommation. 1.7% de mes dépenses sur l’année, c’est pas négligeable mine de rien ! Et c’est parce que j’ai tenté de diminuer cette catégorie de diverses façons (je pense que ce sujet mérite un article, stay tuned), sinon je n’ose pas imaginer le montant !

  • Shopping : Je ne suis pas un très grand amateur de shopping, tant mieux pour mes finances :)

  • Divertissement : Cinéma, concerts, ce genre de choses. Vous comprenez pourquoi cette catégorie ne pèse que 2.4% en 2020…

En ce qui concerne ces catégories, j’ai un gros problème en ce qui concerne les bières et le vin (non, je ne parle pas d’un problème d’alcolisme, mais d’un problème de classification). Je crois que j’ai dilué les bières dans différentes catégories au fil de l’année. Je m’explique : Quand je mange au resto et que je prend une bière, elle est comptabilisée dans “Restaurant”. Quand je prend un pack de 10 au supermarché quand je fais mes courses, je compte ça dans “Alimentation”. Quand je commande de bonnes Porter ou autre IPA pour le plaisir de la dégustation, je comptabilise ça dans “Shopping” (ou peut-être même dans “Divertissement”, je ne suis plus sûr). Un jour j’ai même hésité à mettre ça sous “Santé” pour la blague. Vous voyez le problème ? Vous avec une solution ou une suggestion pour m’aider ? Ou juste partager votre façon de faire, c’est ici (Merci !) :

Leave a comment

Une remarque qui me vient à l’esprit, la catégorie “Logement” compte pour 19.7% de mes dépenses, mais il s’agit seulement d’environ 10% de mes revenus, ce qui est particulièrement bas je trouve. Cette catégorie est plutôt optimisée. Coupez-moi si je me trompe. Faites le calcul pour vous et on compare si besoin. Cette remarque marche aussi pour le “Club des Trois” de MustachianPost, i.e. les 3 grandes catégories où lorsqu’on optimise une de ces catégories, les effets se font ressentir nettement sur le taux d’épargne (et en plus ce sont des charges récurrentes, tous les mois, donc une optimisation dans ces catégories aura un grand effet sur le long terme). Ce club comporte logement, nourriture et transport. Dans mon cas, ces trois catégories comptent pour 42.6% de mes dépenses. Je ne sais pas quoi en conclure, mais au moins vous avez le chiffre.

Le club des trois (logement, nourriture et transport) compte pour 42.6% de mes dépenses.

Au niveau de la comptabilisation au fil des mois, voici ma façon de faire. Certaines grosses factures dont le montant est connu en début d’année, comme la LAMal (que je paie en 1x), Serafe, les assurances type assurance ménage, je les divise par 12 et les compte dans mes charges fixes tous les mois. Ca évite d’avoir trop de fluctuations dans les charges mensuelles. Par contre, lorsque le montant n’est pas connu d’avance, comme les impôts, je comptabilise ça au moment où je paie la facture, d’où les pics de temps à autre qu’on verra sur le graphique au prochain chapitre un peu plus bas.

Durant l’année, j’ai optimisé pas mal de petites choses pour réduire mes dépenses. Je pense en faire un autre article, mais je vous l’énonce rapidement ici déjà :

  • résiliation de ma carte de crédit Viseca qui me coûtait 100.- par année et utilisation de tous mes “points” pour des choses utiles comme de la nourriture (et pas pour acheter des choses dont je n’ai pas besoin).

  • changement d’assurance maladie LAMal (économie de 709.- !!!)

  • mise à jour de mon assurance ménage (économie annuelle de 266.-, j’étais sur-assuré…)

  • demande d’une baisse de loyer car le taux hypothécaire de référence avait baissé

  • utilisation d’une carte de crédit (gratuite) pour mes achats quand c’était possible et profiter du cashback/points (retour d’environ 80.-)

  • et d’autres trucs aussi

📊 Taux d’épargne

Les deux principales métriques que je suis et qui m’intéressent particulièrement sont le taux d’épargne et la fortune nette.

Taux d’épargne sur l’année 2020

Le graphique ci-dessous vous montre les dépenses (en rouge, en CHF), les revenus (en vert, en CHF), et le taux d’épargne (en jaune, en %) mensuels pour tous les mois de l’année 2020.

Oui je sais, on ne voit pas les montants précis en CHF, il manque l’axe. La proportion est par contre gardée, ça vous donne une idée. Par contre le taux d’épargne est indiqué sur la gauche.

En début d’année, je m’étais fixé comme objectif d’être en dessus de 50%, et c’est chose faite. Le taux est même plus haut, je suis extrêment content de ce score, je l’admets ! Voyez plutôt :

Taux d’épargne sur l’année 2020 : 59.8%

Oh. Yeah.

On voit bien les fluctuations des dépenses et des revenus au fil des mois. Ce qui me fait penser que le taux d’épargne sur une année est plus représentatif que le taux d’un mois. Donc note à moi-même : ne pas être triste si un mois je n’ai que 10% de taux d’épargne.

Comparaison 2019 - 2020

Pour 2019, je n’ai pas les chiffres au franc près car je ne suivais pas toutes mes dépenses et revenus précisément. Mais j’ai calculé par après (avec quelques incertitudes), et mon taux d’épargne sur l’année était de 33.5%. Deux choses me viennent à l’esprit en voyant ce chiffre. Premièrement, j’économisais déjà un bon tiers de mes revenus alors que je n’avais pas encore connaissance du mouvement FIRE et tout le tralala. Donc bravo à mon ancien moi qui était déjà frugaliste sans savoir ce que frugal voulait dire. Et deuxièmement, que je suis passé de 33.5% à 59.8% en une année, soit une augmentation de +26.3%.

Augmentation du taux d’épargne entre 2019 et 2020 : +26.3%

Comme quoi, quand on est conscient de ses dépenses, qu’on optimise certaines choses et qu’on augmente un peu son revenu, ça se voit directement ! A condition qu’on n’augmente pas son niveau de vie bien sûr.

Note : attention tout de même, la pandémie, le télétravail et la fermeture des bars ont grandement oeuvré en ma faveur ici, il faut le souligner.

Et pour 2021 ?

Pour 2021, il y a encore beaucoup d’incertitudes de mon côté donc je ne vais pas m’avancer, mais mon but est quand même d’être au-dessus de 50% de taux d’épargne. On verra bien. Trop d’inconnues, l’équation est irrésolvable.

💵 Fortune

Le moment qu’on attend tous est arrivé ! La fortune d’Arturo FICH, enfin dévoilée au grand jour, et avec des détails en plus, oh yeah !

Je vous laisse donc tout de suite avec le graphique qui montre l’évolution de ma fortune durant l’année 2020, et on en parle juste après.

Fin 2019, la fortune nette s’élevait à 146’489.- et fin 2020 on est à 203’469.-, pour une augmentation nette de 56’980.-.

Fortune 2020 : 203’469.-
Augmentation 2020 : 56’980.- (+39.8%)

On va pas se mentir, le graphique est plutôt ennuyeux, il monte, linéairement, sans vagues. Au niveau immobilier, rien d’intéressant, une petite augmentation au juin et une autre en décembre, ça correspond simplement à un amortissement de mon hypothèque que je fais 2x par année (je rembourse la banque, donc mon appartement devient petit à petit de plus en plus “à moi”).

Pour la catégorie obligations, rien d’intéressant non plus, ça monte gentiment. C’est par contre plus intéressant du côté des actions, mon portefeuille passe de “presque rien” à “non-négligeable”. C’est là que j’ai investi durant l’année pour arriver à un portefeuille de 15’000.-. Et pour finir, la partie cash, l’argent que je laisse à la banque et qui dort là (pour l’instant !!).

Je vous fait un graphique de la répartition avec les pourcentages ci-dessous, c’est plus sympa pour se rendre compte.

Avant d’analyser le tout, une petite précision s’impose. La catégorie “obligations” contient la valeur de mon 2e pilier (que je ne peux pas vraiment influencer mais qui n’est pas liquide, je considère donc cette valeur ici, c’est toutefois discutable, je le consens). J’y ai également ajouté mon 3e pilier, et la raison est la suivante : mon contrat de 3e pilier lié avec une assurance ne peut pas vraiment être considéré comme actions étant donné qu’il y avait des conditions bizarres attachées. Pour comprendre le charabia que je raconte, je vous renvoie vers un autre article où j’explique en détails tout ça. Je vous rassure, j’ai résilié ce contrat en février 2021, et considère à partir de maintenant mon nouveau 3e pilier dans la catégorie actions, car il est bien investi en actions.

Explications pour le 3e pilier dans cet article.

Fin de la paranthèse.

Oui, vous avez bien vu, j’ai quelques cryptos ! Je les ai achetées il y a quelques années et ne les ai plus touchées depuis. Bien que leur valeur a plus que doublé durant l’année 2020, elles ne représentent que 0.7% de ma fortune (note: je n’ai pas mis cette catégorie dans le graphique montrant l’évolution de la fortune pour des raisons de lisibilité du graphique).

On remarque que la partie investie en immobilier représente plus de 20% de mon portefeuille, ce qui est plutôt risqué, car non diversifié. Et d’un autre côté, je garde presque 45% de ma fortune en cash. Ce qui n’est pas forcément malin non plus, car cet argent perd de la valeur (à cause de l’inflation) au fil du temps. Il serait plus productif investi. Je m’améliore au fil du temps, ne vous inquiétez pas.

Et pour 2021 ?

L’année 2021 va me permettre d’ajuster un peu cela car je compte investir la plupart du cash qui dort à la banque. Une partie en immobilier si tout se passe bien, et une autre pour faire grandir mon portefeuille en actions et ETFs. Vais-je réuissir ? Vais-je enfin faire travailler mon argent ? La suite au prochain épisode !

D’où je viens ?

Alors là je vais vous sortir une pépite. J’ai fait de l’ordre récemment dans mes classeurs et ai retrouvé mes relevés bancaires depuis quasiment le début de ma carrière d’être humain, enfin depuis que j’ai un compte en banque quoi. Vous imaginez bien que j’ai eu envie de mettre ça sur un graphique pour voir l’évolution de ma fortune depuis le début ! Le plus ancien relevé que j’ai retrouvé date de 2002, j’ai donc l’historique depuis cette année-là ! C’est peut-être pas précis à 100%, mais quand j’étais jeune, j’avais pas grand chose d’autre qu’un compte bancaire et une tirelire avec quelques dizaines, voire centaines de francs. Pas de 2e pilier, pas d’investissements et d’autres joyeuseries de la sorte, vous imaginez bien. Voyons ce que ça donne :

Plutôt cool non ? :)

Ce qu’on y voit c’est que je gagne progressivement de l’argent entre 2005 et 2009, ça c’est grâce aux jobs que je fais durant l’été et les vacances. Je gagnais pas beaucoup mais je ne dépensais pas non plus beaucoup, donc ça augmentait. Ensuite je pars à l’Université, ça coûte de l’argent, nouvelle vie, liberté, loyer, etc. Je dépense plus que ce que je gagne jusqu’en 2015, heureusement que j’avais bossé avant, et que j’ai continué à le faire ! Les années d’études quoi.

On voit que durant l’année 2015 j’avais une fortune négative ! J’avais en effet reçu des prêts de mon canton pour m’aider à financer mes études durant quelques années. Sans ça, j’aurai été en banqueroute en 2015.

A partir de 2016, on voit que j’ai gagné de l’argent de plus en plus, j’ai remboursé les prêts d’étude, et quatre ans plus tard, me voilà avec 200k de fortune. Le challenge maintenant et de continuer à faire grimper la courbe !


✅ Concluons, concluons

Nous arrivons gentiment au fond de la page, il va falloir conclure.

Tout d’abord, pour 2020, voici le récap des chiffres clés :

Chiffres 2020 :
Taux d’épargne : 59.8%
(+26.3% par rapport à 2019)
Fortune nette : 203’469.- (+56’980.-)
Valeur portefeuille actions : 15’202.-

A partir de là, je peux me fixer des objectifs pour l’année à venir. Etant donné qu’il y a pas mal d’inconnues pour cette année, je vais être prudent.

Objectifs 2021 :
Taux d’épargne : 50%
Fortune nette : 250’000.-
Valeure portefeuille actions : 30’000.-

Ces objectifs ne sont pas très funs, dans le sens où je ferai pas mieux que cette année. Mais au moins si je maintiens le cap je serai content. Je réserve la forte croissance pour 2022, promis ;)

C’est bon, cette fois on est au bout. 2020 est terminée, passons à la suite. Des remarques, questions, observations du public ? Hésitez pas !

Merci de m’avoir lu.

A plus !